La nuit pas toujours faite pour dormir ...

 

 

 

La nuit est là, la fatigue aussi. Mon envie de dormir est forte, mais j’hésite. Vais-je pouvoir ?

 

J’essaie, je me couche. Pas sur le coté gauche je le sais déjà. Ma hanche va être douloureuse sur quelques minutes et je ne pourrais pas garder cette position. Pourtant, c’est ainsi que j’aime être mise maintenant qu’il m’est impossible de m’étendre totalement à plat ventre.

 

Je ne me plains pas, ça pourrait être pire.

 

J’essaie sur le dos. Combien de temps vais-je tenir ? Vingt minutes que je suis ainsi étendue, je sentais le sommeil me rattraper, mais mes pieds s’endorment et le bas de ma colonne commence à me rappeler à l’ordre. Mon ventre, cette énorme partie de moi se laisse totalement aller dans cette position et provoque un endormissement partiel de mes jambes.

 

Bientôt une heure du matin, j’ai encore le temps d’essayer de trouver une autre position qui me permettrait de dormir. Le réveil sonnera à sept heures.

 

Une heure trente, je me suis mise sur mon coté droit, mais depuis quelques minutes, j’ai mal dans le coté. Je résiste, je voudrais tant m’endormir. J’arrange mon oreiller, je pense à autre chose. Ça va peut-être passer, parfois ça se calme.

 

Deux heures du matin, j’ai mal mis mon oreiller. Une douleur assez vive est venue prendre sa place dans ma nuque. On dirait que quelque chose est coincé. Pas le choix, il faut que je bouge. Je vais être têtue et tenter de me mettre quand même quelques instants sur mon coté gauche.

 

À peine installée, ma jambe coince. La douleur est déjà forte, si je prends le risque de rester comme ça, tout le coté gauche va s’engourdir et j’aurais difficile me retourner. Je repars donc sur le coté droit. Je passe mon bras gauche par-dessus ma tête, j’aime bien cette position aussi, elle atténue les bruits et me permet un plus grand calme qui me fait du bien.

 

Trois heures, je m’éveille. En effet, j’étais parvenue à m’endormir. Mais pas de chance, mon bras gauche ne bouge plus, il faut pourtant que je me remue. La position est trop inconfortable maintenant. Je gigote un peu, je parviens à faire « tomber » mon bras gauche de sa position haute. Je retiens un cri, la douleur a été très forte, courte mais vraiment très désagréable.

 

Je ne tiens plus, il faut que je me relève. Que je marche un peu. Je vais aller boire un verre d’eau et je me recoucherais. Il est déjà tard, il faudrait vraiment que je dorme.

 

Pas évident, tout mon corps me fait mal. Me laisser glisser sur le bord du lit est une vraie épreuve. Je sais que je vais y arriver, mais parfois j’ai envie de renoncer, fermer les yeux et oublier. Utopique et impossible, je le sais et je pense « ne fais pas la têtue, lève-toi, ce n’est ni la première ni la dernière fois que cela t’arrive ».

 

Je suis debout. Il me faudra quelques secondes pour arriver à me tenir droite. Mes jambes ne veulent pas me porter, je vacille. Je me débrouille pour les agiter un peu. Je sens l’habituel picotement, le sang circule à nouveau, je vais pouvoir avancer.

 

Un pied, l’autre, je ne me tiens toujours pas très droite et je dois me tenir au lit, au mur, à la porte, à tout ce qui sera à ma portée et assez solide pour me permettre de m’y appuyer pour avancer.

 

Je dois aller aux toilettes, voilà une autre difficulté qui se présente. Mes muscles ne sont pas assez réchauffés, les mouvements vont être pénibles. Après je me traine jusque la cuisine pour boire. Je marche un peu mieux, j’ai toujours l’air d’une vieille femme mais j’avance.

 

Il me faut un verre, je tends le bras pour le prendre dans l’armoire. Aie … un muscle a claqué entre mon épaule et ma nuque, saisissant !

 

Mon eau bue, j’entreprends de retourner vers la chambre en faisant des mouvements avec la tête et le bras droit pour décoincer ce vilain muscle que je viens bêtement de torturer en levant le bras. Tous ces bruits dans mon corps, je me suis toujours demandée ce que cela pouvait bien être, c’est étrange. On dirait une vieille charpente qui craque sous l’effet du vent.

 

J’arrive devant mon lit, je tourne un peu en rond pour trouver comment m’y recoucher. L’appui de mon genoux droit sur le bord me fait mal. Pendant le mouvement pour m’étendre, une cote semble vouloir sortir de moi, bon sang, ça ne fait pas du bien non plus ça !

 

Je me laisse tomber sur le matelas, je suis si fatiguée. Pas une bonne idée, ça a provoqué un vertige. Trois heures trente, si dans une heure je ne suis pas endormie, il faudra que je renonce, sous peine de ne pas pouvoir me réveiller quand le réveil sonnera.

 

L’obscurité me stresse, il ne manquerait plus qu’une angoisse commence. Je sers mon gsm très fort dans ma main droite, je joue avec les touches pour avoir un peu de lumière. Je ne dormirais pas j’en suis sûre.

 

Tiens, il me semble que j’entends la voix d’un ami qui me dit que si j’y pense déjà, je suis certaine de ne pas y arriver.

 

Quatre heures dix, j’ai une crampe dans la mâchoire. J’ai dû serrer les dents trop fort car je sens cette foutue racine de dent de sagesse qui me gêne. Je n’en peux plus, par belle ou par laide il faut que je trouve une solution pour dormir un peu.

 

C’est étrange, j’ai cette idiote envie de m’étendre sur le sol qui me revient. Pourtant j’ai essayé une fois, et je n’ai pas pu me relever. J’ai dû attendre que ma fille vienne me soulever ; tout mon corps dormait.

 

Cinq heures, j’arrête d’énumérer les endroits qui me font mal. J’ai faim mais je ne veux absolument pas manger. Au point où j’en suis autant attendre le réveil de mon fils et l’heure du petit déjeuner.

 

Je me lève comme je peux de mon lit. J’installe la couverture autour de moi comme s’il s’agissait d’un grand manteau, la chaleur me fait souvent du bien. Direction le salon, je vais m’asseoir dans mon fauteuil. Je n’y aurais pas moins mal, je ne le pense pas ; mais au moins je pourrais attendre plus agréablement l’heure de la sonnerie du réveil.

 

Il sonne, impossible je viens de regarder l’heure il était cinq heures cinquante sept, non, il est sept heures, je m’étais assoupie. Ah, j’ai dormi une heure, pas mal !

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site